logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

18/09/2018

Une découverte...

 
L'église de la place Saint-François à Nice.
 

L'église de la place Saint-François à Nice. Photo F.C.

Elle sera la star de ces journées du patrimoine à Nice: l'église des Franciscains de la place Saint-François, dont les vestiges ont été découverts par la Ville lors des travaux de réhabilitation du Palais communal, pourra être visitée pour la première fois ce week-end.

"C'est un moment d'émotion. Il s'agit du seul lieu de cette époque que Nice ait conservé..." a rappelé le maire, qui avait choisi ce symbole pour lancer les journées européennes du patrimoine.

"Du haut de ces voûtes, sept siècles nous contemplent... Il s'agit du volume religieux le plus important que nous ayons à Nice. Car la dalle d'origine de l'édifice se situe encore trois mètres sous nos pieds!" 

Ce monument, avait été construit en 1250 par les Franciscains, agrandi deux siècle plus tard, puis mis au goût baroque au XVIIIe siècle, avant que ses religieux ne soient chassés par la Révolution française.

Elle avait été vendue à des particuliers. En 1936, pour aménager le cinéma du Capitole, puis un dancing, les différents propriétaires avaient créé partout des murs, des cloisons, des planchers, des plafonds, des mezzanines en béton, des faux-plafonds, des escaliers, des caves. Depuis 1960, une partie de l'édifice était aussi devenue un lieu de stockage de containers d'ordures, de matériel et de véhicules pour le service du nettoiement.

P1120772.JPG

"D'un couvent et d’une église du 13e siècle, on en a fait des logements, des écuries, des entrepôts, des bureaux, des commerces, un hôtel, un dépôt d’ordures, un cinéma et un dancing!" résume le maire.

"Nous ne savions pas que sous le béton et les différents aménagements, il y a avait cette église. Ce n'est qu'en grattant la façade du Palais communal qu'on s'est rendu compte qu'il y avait quelque chose..."

Depuis, la municipalité n'avait eu qu'une priorité: retrouver les volumes du monument, et lui rendre son état initial. Des travaux ont été engagés pendant plusieurs mois. 1.500 tonnes de gravats ont été évacués par une noria de 100 camions en quatre mois, pour une première tranche de chantier de 950.000 euros.

Une deuxième tranche d'un coût de 300.000 euros va bientôt commencer, afin de casser l'actuelle dalle de la nef ,pour atteindre le plancher d'origine, et commencer, dès 2019, les fouilles sédimentaires de l'église.

Car nul doute que le monument a encore bien des secrets à livrer...

 

 

Une émotion intense nous a tous saisis :

Ce que vous voyez en bleu,ce sont les couleurs de la salle du cinéma,et au fond les fenêtres d'anciens appartements.

P1120810.JPG

 

P1120779.JPG

 La voilà qui sort de l'oubli

P1120792.JPG

Deux mètres de fouilles plus bas:

Le sol du 15 éme siècle et un autel jusque là enfoui.

Encore deux ans de fouilles pour atteindre le niveau du 13 ème siècle

Mais pourquoi le sol a t'il été rehaussé?

La guide nous donne les explications:

Cette église avait été construite à côté du fleuve (le paillon aujourd'hui souvent à sec mais pas toujours),et à l'époque de grandes inondations étaient fréquentes,il donc fallu  remonter le niveau.

Malheureusement in ne reste aucun document de l'époque sur la construction de cette église.

P1120797.JPG

A côté de l'église il y avait un cloître anciennement transformé en hôtel,et sous les voutes,des abreuvoirs à chevaux.

P1120769.JPG

P1120783.JPG

Il devait y avoir des vitraux dans ces fenêtres

P1120801.JPG

Petit à petit...Tout réapparait

P1120804.JPG

nice-croix-seraphique-cimiez.jpg

La croix séraphique a été sauvée par une riche famille qui l'a cachée lors de la révolution française.

Actuellement elle est dans le monastère de Cimiez.

P1120768.JPG

 Il reste encore tant à faire

Derrière on aperçoit "la tour",en réalité le clocher de l'église !

Une amie de vieille souche niçoise est tombée des nues:elle ne savait pas qu'il y avait une très grande église place Saint François,notre place qui sert de marché aux poissons,de lieu de rendez-vous au coeur du vieux Nice.

P1120767.JPG

La visite est terminée ,j'aurais pu vous en dire beaucoup plus.

Ce n'était pas la visite du palais de l'Elysée,mais une visite chère au coeur des niçois.Il y avait foule !

J'espère vous avoir fait partager mon enthousiame

Christiane

 


  

 

05/09/2018

Ballade dans les Dolomites ...

Bonjour !

Une ballade de quelques jours dans le Tyrol Italien m'a permis d'un peu oublier la chaleur de cet été.

P1120410.JPGLa route est belle !

P1120420.JPG

Le vin est bon !

P1120446.JPG

Un air d'Autriche ?

Oui,bien sûr :

Après la guerre de 14-18,la moitié du Tyrol est devenu italien,malgrè 400 ans de présence autrichienne .Les Tyroliens qui ont leur propre langue,le Ladin,n'avaient plus aucun droit.Mais ils transmettaient en cachette,génération après génération.

Dans les années 60 ils ont obtenu leur autonomie:

A l'école trois langues sont enseignées,l'allemand,l'italien et le Ladin.

Mais ils font de la résistance,là où j'étais,à Vals,tout le monde parlait le Ladin.

P1120434.JPG

Partout le bois est présent 

 

P1120537.JPG

Dans les églises

P1120695.JPG

Dans les boutiques artisanales,leurs spécialités,hélas trop chères pour ma bourse !

P1120469.JPG

Le Val Gardena,la plus célèbre vallée des Dolomites

P1120480.JPG

Massifs déchiquetés...

P1120484.JPG

Flore insolite

P1120576.JPG

 Un banc pour méditer...

P1120555.JPG

Oublier un instant le monde et ses agitations...

P1120675.JPG

 

P1120658.JPG

P1120684.JPG

Spécialité du Tyrol: 

Cette soupe est excellente et se mange volontiers car le temps est frais !

P1120685.JPG

Voici des boulettes de mie de pain avec du parmesan et des herbes.

Et des raviolis faits à la ferme;

Le tout est frit et si bon !


Les Knödel, grand classique de la cuisine locale, sont des quenelles à base de pain qui se déclinent à l’infini : Speckknödel (au lard), Spinatknödel (aux épinards), Rote-Beete-Knödel (à la betterave rouge) et Käseknödel (au fromage). Elles sont servies dans les soupes, en plat principal ou en accompagnement, pressées, cuites et grillées. Ne manquez pas de goûter les Schlutzkrapfen, des raviolis locaux fourrés aux épinards et rissolés dans du beurre, souvent servis comme hors d’œuvre. La soupe d’orge - une soupe consistante à base de grains d’orge et de lard - figure principalement sur la carte proposée dans les petites exploitations paysannes. Les desserts traditionnels sont la Buchweizentorte (tarte au sarrasin et au fromage blanc), le strudel aux pommes et les beignets aux pommes. Les « Tirtlan » (beignets) et autres délices frits sont majoritairement préparés dans les régions rurales. Cette cuisine à forte consonnance autrichienne est aussi largement influencée par la gastronomie italienne. 

P1120533.JPG

Il faut déjà  rentrer,mais quel bonheur d'avoir visiter ce Tyrol Italien !

Bonne journée à tous

Christiane

08:23 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (5)

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique