logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

06/03/2017

La ravaudeuse

Bonjour les Amis,

Quelquefois j'entends dire:il n'y a plus beaucoup de monde sur le blog,Facebook a pris le relais.C'est possible,mais je vais vous raconter une belle histoire de livre.

Tout d'abord,Dominique (Papydopointcom),propose d'envoyer un livre de son ami Maurice à ceux qui en feront la demande .

Quelques jours plus tard,je reçois ce livre:

Numériser 3.jpeg

 L'affiche m'attire,je tâte le livre,tourne les pages, et me plonge dans un récit passionnant,l'enfance dans les années 1940 1950:la guerre,les privations,la débrouille,et surtout la vie,celle d'autrefois,celle que me racontait mes parents.

Une de ces histoires m'a émue:

LA RAVAUDEUSE:

"Chaque semaine,la bonne vieille madame Luard venait passer la journée de jeudi avec nous"...

"Elle arrivait vers 9 heures,buvait le café avec ma mère,puis s'installait devant la grande fenêtre de la cuisine,là où il y avait le plus de lumière.Elle jetait un coup d'oeil au tas d'habits divers à réparer,faisait le tri,les raccommodages d'un côté,les cols à refaire par-là,les chaussettes à repriser d'un autre côté,les boutonnières à reprendre,une pièce à poser sur un bleu de travail...

m506004_86ee116_p.jpg

"La vieille madame Luard était une experte du fil à repriser et des sauvetages de bas ou de manche de chemises dont les fils avaient été arrachés. ...Quand la réparation était faite,on ne voyait absolument rien,il fallait vraiment se pencher sur la petite oeuvre d'art pour apercevoir les fils entrecroisés...

"L'été notre rapetasseuse exercée s'installait dans la cour à l'ombre du cerisier et continuait imperturbablement ses travaux jusqu'à la tombée de la nuit ...Avant de partir ma mère lui faisait avaler un bol se soupe car elle était très digne mais ne devait pas rouler sur l'or...."

P1090670.JPG

A présent c'est moi qui ravaude ...

Comme ma mère,qui en plus,brodait aussi des merveilles .

Christiane

MERCI Dominique pour ce partage

 

 

07:32 Publié dans Blog, Livre | Lien permanent | Commentaires (16)

Commentaires

comme un bel hommage au courage des mères
silencieuses et dans l'abnégation souvent
aujourd'hui les choses ont changé mais des mères
continuent de se taire et toiut faire amitiès

Écrit par : ventdamont | 06/03/2017

Répondre à ce commentaire

C'est très bien trouvé ce tableau intitulé "La ravaudeuse" qui figure au musée d'Orsay ..
Une huile sur toile d'un format de 50,5 x 40,5 cm peinte vers 1870-80 par l'artiste français Théodule Ribot (1823-1891) ..
Bonne journée.

Écrit par : Bernard | 06/03/2017

Répondre à ce commentaire

Un joli témoignage de ce temps quelques peu perdu....
Combien maintenant ne raccommode rien et jette tout simplement à la poubelle....
Bonne journée Christiane et bisous
Anita

Écrit par : anita | 06/03/2017

Répondre à ce commentaire

Livre certainement émouvant, j(aimerais le lire; cela changerait des livres politiques.
Merci de tout cœur pour le bouquet. Je t'embrasse bien fort

Écrit par : hélène | 07/03/2017

Répondre à ce commentaire

Étrange, je parlais justement de cette époque avec une amie. De la vie des grands mères au temps de notre petite enfance comme nouos disons. Le dé à coudre, le panier à ouvrages, le reprisage. Aujourd'hui les grands mères même si elles ont un panier à ouvrages, il ne se passe rien.
Bon dimanche je vais continuer à rêver en relisant ta jolie note.
En toute amitié.Pierrette

Écrit par : pierrette | 12/03/2017

Répondre à ce commentaire

Une belle anecdote d'époque. On ne ravaude plus guère, je crois bien !...
Bon dimanche, bises,
Gérard.

Écrit par : CHAP | 12/03/2017

Répondre à ce commentaire

Un beau passage de ce livre J'ai vu ma mère faire ce travail
qu'elle m'a appris
Je crois que l'on y revient un peu
Il m'arrive de ravauder pour des amies et ça ne me déplait pas Bon dimanche
Bises Brigitte

Écrit par : fleurbleu | 12/03/2017

Répondre à ce commentaire

J'ai eu ravaudé... Il y a bien longtemps que je ne le fais plus. Autres temps sans doute.
Bises.

Écrit par : pimprenelle | 12/03/2017

Répondre à ce commentaire

En premier merci d' être passée sur ma page

Tu parles " d" une époque révolue ,que l' on ne connaît pls" chante Aznavour!! Je suis de Cannes et j ' aime autant te dire que les temps de disette où je volais de la betterave dans les cages à lapins...mangeais de la moutarde sur un sucre que ma mère recevais en ration avec des tickets,- où pour la Noël l ' école avait donné des sabots de bois aux enfants de 6 ans ..et j ' étais fière de mes galoches....tout cela marque l ' esprit des enfants. Maintenant ils sont dans des draps de soie et on tout ce dont ils rêvent....presque tous.....

Écrit par : van huffel | 14/03/2017

Répondre à ce commentaire

QUE CE LIVRE M'A ECHANTEE.........MERCI DE TOUT COEUR POUR CETTE LECTUREet le mimosa....dans son vase me rapproccche de l'excelllente Amie que tu es pour moi. GROSSES BISES Hélène

Écrit par : hélène | 17/03/2017

Répondre à ce commentaire

Beau texte et belle description d'une époque que nous avons tous connue si nous sommes contemporains du paquebot Normandie. Faut il en être nostalgiques ou comme disait ma grand mère, ne plus remuer de la vieille paille.
J'ai connu aussi les chaussettes tricotées et reprisées maintes fois, le pantalon réalisé avec un bout de drap vert de gris reteint, les galoches semelle de bois, et le comble de l'élégance le caleçon de bain en tricot, je passe sur la sortie du bassin avec l'entre jambes sous les genoux.
Quant à ma grand mère, elle m'aimait c'est certain, mais tout s'arrêtait à de bons sentiments. Manger chez elle n'était pas un plaisir car elle ne faisait aucun extra par rapport à la fricasse habituelle. Pas non plus question de cadeaux aux fêtes. A ce jour, je pense que tout bonnement, elle manquait tout simplement de moyens financiers.
A mon avis, quoique tout soit loin d'être parfait, nous qui avons connu le plein emploi durant les trente glorieuses et acquis une aisance matérielle, laissons un peu au placard les lampes à pétrole et les postes radio à lampes et profitons tant que nous le pouvons avec modération de cette société dite de consommation.

Écrit par : Daniel | 17/03/2017

Répondre à ce commentaire

Je n'ai rien connu de tout cela,même pas les "Trente Glorieuses"!Mais j'aime entendre les Anciens parler,car pour eux,c'était leur jeunesse.Et c'est quand même grâce à l'ordinateur et à mon smartphone que je communique !
Voyez vous,en ce qui me concerne,ce n'est pas de la nostalgie,le livre est déjà partie chez une autre personne et il lui a procuré de la joie,c'est cela l'essentiel.

Écrit par : les bouchons voyageurs | 18/03/2017

Répondre à ce commentaire

Vous avez raison de vouloir"savoir" en écoutant les récits des Anciens (je pense en faire partie étant né en 1933), mais pensez toujours de leur demander leur classe sociale de naissance. Dans les années 37/38 toutes les maisons n'avaient pas encore l'électricité et surtout pas l'eau courante . Pour beaucoup de gosses, après l'école une partie des loisirs consistait au transport de l'eau depuis la fontaine.
Comme vous dites, c'était notre jeunesse, nous allions à l'école à pied parfois dans le froid et la pluie, nous toussions, le sirop était infect à boire, les antibiotiques inconnus mais pour une grosse majorité nous nous en sommes quand même sortis, même après la parenthèse dirigée par un moustachu vociférant

Écrit par : Daniel | 20/03/2017

merci d'avoir témoigné de ta lecture
dominique

Écrit par : papydompointcom | 18/03/2017

Répondre à ce commentaire

Un beau partage !
Bises du Berry ...gris !!

Écrit par : Nicole la Berrichonne | 19/03/2017

Répondre à ce commentaire

Voila un très beau geste de Dominique
Des souvenirs du temps jadis ,Mijo ravaude encore mes chaussettes.
Bises à toi pour ce partage.

Écrit par : heraime | 20/03/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique